Livres comment├ęs

Quelques critiques de livres que j'ai lus.

Mille femmes blanches

Répondant à l'appel du président américain Grant, May Dodd accepte de faire partie du premier lot des mille femmes blanches qui doivent être cédées à la tribut cheyenne de Little Wolf à sa demande, dans le but de tisser des liens plus étroits entre Indiens et colons. Pour May c'est surtout l'opportunité de sortir de la prison pour aliénés dans laquelle elle a été placée injustement par sa famille bourgeois style crispé chiant après avoir fauté avec un manant. On suit donc May depuis son départ de la prison jusqu'à son intégration dans la tribu cheyenne et plus encore.

Mon avis

Parfois ça fait du bien de faire une petite pause dans son régime de lectures habituelles. C'était le cas pour ce roman que j'ai lu relativement rapidement (soyons clair, il n'y a pas lieu de s'apesantir dessus de toute façon). Les dilemmes moraux d'une mère de famille privée de ses deux jeunes enfants qui tombe amoureuse du premier mec en uniforme venu comme une gamine de quatorze ans ne m'intéressent pas outre mesure (et alors les pensées des copines de l'héroïne pour la plupart pucelles effarouchées, encore moins) surtout si elle nous fait une rechute en moins de cent pages.

Dans la seconde partie du roman on doit se fader une vision manichéenne des Indiens qui sont beaux, qui sentent bon le sable chaud et qui ont compris comment vivre en harmonie avec la Nature pas comme ces pourris de blancs; c'est lourd. Mais si on fait abstraction de cet émerveillement enfantin pour les Indiens qui prend la narratrice et de ses émois d'adolescente pour se concentrer plutôt sur... hum... sur le reste, ah oui, le sexe et la violence, et qu'on lit vite en prenant garde d'éteindre son cerveau on passe un bon moment.

Titre: Mille femmes blanches
Auteur: Jim Fergus
Avis: moyen plus
ISBN: 2-266-11078-0

Lazare

Nous assistons à la métamorphose du pape Léon XIV, successeur de Jean-Paul II qui à la suite d'une opération du coeur va décider que sa politique de rigueur ça va bien 5 minutes mais qu'il serait aussi temps de réformer l'Église pour être plus à l'écoute des croyants, faire un peu éclater la hiérarchie crispée du clergé. Évidemment, le pape est un personnage d'état important qui suscite l'attention des groupes terroristes mondiaux, notamment des groupes islamistes.

L'action se situe donc à Rome et met en jeu le pape et son entourage direct (parmi lesquels son chirurgien juif joue un rôle particulier) ainsi que diverses personnalités politiques, un journaliste, des agents du Mossad. On ne rigole plus. Il s'agit pour le pape non seulement de corriger ses erreurs dues à une extrême rigueur passée mais aussi de (re)définir les liens de l'Église catholique avec Israël et peut-être aussi le monde musulman. Il est faible, le temps lui est compté et ses amis peu nombreux...

Mon avis

Le roman est écrit de façon plutôt agréable. L'histoire n'est pas particulièrement originale pour un roman à suspense, mais je pense que le but n'était pas de se limiter à cela. Le récit est entrecoupé de références bibliques et des pensées intimes du pape. Et justement, c'est là que c'est embêtant: ça ne m'intéresse pas. Les problèmes de conscience du pape ? Ça m'en touche une sans faire bouger l'autre. Les citations bibliques que l'on égrène comme autant de réflexions très profondes sur le sens de la Vie, de l'Univers, ou du Reste (à la manière de Matrix 3, héhé) ? Pareil. Voire même pire, cela m'agace.

En résumé ce bouquin est à déconseiller aux anticléricalistes, les autres pourront y trouver un roman d'espionnage un peu mou mais pas désagréable.

Titre: Lazare
Auteur: Morris West
Avis: moyen plus
ISBN: 2-253-06063-1