Tool n'avait pas sorti d'album depuis Lateralus, en 2001. Cinq années pendant lesquelles cet album est devenu mon album préféré ainsi que le plus écouté. Encore récemment j'ai redécouvert certaines pistes, ma chanson favorite de l'album a beaucoup varié pendant ce temps. Et presque jamais je ne m'en suis lassé. J'ai même changé complètement de point de vue sur les trois pistes finales "mal-aimées".

L'occasion manquée de les voir en concert pendant le festival Hurricane en 2001 au nord de l'Allemagne fut un drame psychologique pour le groupe de cinq mélomanes que nous étions et qui avait accepté un joyeux périple de plus de 24 heures de train pour se rendre sur les lieux. Heureusement que j'ai depuis eu l'occasion de rattraper le coup avec le concert parisien du 10 mai 2002. Et quand Maynard a soit-disant annoncé qu'il avait trouvé Jésus, le choc avait pris le pas sur l'incrédulité.

Alors forcément, quand hier le premier single du prochain album est sorti officiellement, l'évènement valait son pesant de cacahouètes. Oui je sais, il a leaké avant. Mais j'ai attendu ce soir, d'être correctement reposé et détendu par une bonne séance de défoulement sur étudiants (aussi appelé "TP OCaml"), avant d'oser écouter la chose. Un single qui se trouve être la première piste du futur album, sortie le 2 mai. Alors, est-ce que cette chanson promet un album qui sera à la hauteur d'une attente de cinq ans ? Est-ce que cette piste est du niveau intergalactique que j'ai été amené à espérer de la part de Tool ? Et pour finir, le mardi 2 mai risque-je de me frayer un chemin à coups de morgenstern pour pouvoir acheter sereinement le CD en question ?

Je pense que oui. En fait, après une première écoute je suis begeistert comme c'est pas permis. Il me reste deux semaines à tenir, et je crois que je vais avoir besoin d'une drogue dure quelconque pour ne pas craquer pendant l'attente. Cette première piste ressemble à tout ce que j'attendais d'un digne successeur de Lateralus, et plus encore. Rendez-vous le 2 mai pour une confirmation triomphante, ou une infirmation amère, de cette première impression.