Le choix d'une préposition permet de jouer grandement sur le sens d'une phrase. Une faute récurrente et encore récemment relevée est le fameux «je vais au coiffeur», car s'il est en effet possible d'aller «aux putes» ou encore d'amener la vache «au taureau», il est de bon ton de dire que l'on va «chez le coiffeur». Pour la beauté perverse de la chose, il me fallait vous livrer deux exemples de conversations qui redonnent à ces erreurs de langue toute la cohérence et la justesse qu'elles méritent, dans un contexte pas du tout improbable, non non (j'ai vu un documentaire sur Dada la semaine dernière, certains trucs m'ont laissé sur mon fondement). Voici donc :

- Tu as été chez les putes de la rue Jeanne d'Arc?
- Oui.
- Ça se voit, tu as un super brushing.

- J'étais au coiffeur du centre en face de la gare.
- Et ?
- Plutôt pas mal, il fait des tarifs étudiants et il suce comme un pro.