Dans la série «Notre gouvernement est formidable», comment faire passer une loi aux conséquences complètement hallucinantes notamment sur la liberté du consommateur d'utiliser une œuvre qu'il a légalement achetée dans le respect du droit d'auteur? En douce. Pardon, le terme technique est "en urgence". Le principe de ratification d'une loi en "urgence" est donc l'une des méthodes pour faire passer une loi, méthode que l'on pourrait qualifier techniquement de «si je te la mets à sec rapidement ça fera mal mais pas longtemps d'ailleurs t'as rien vu», par opposition à une autre méthode bien connue qui consiste à faire avancer la loi petits bouts par petits bouts, sournoisement, et que l'on pourrait qualifier de «je te la mets doucement de toute façon tu ne sentiras rien elle est toute petite». Dans un cas comme dans l'autre on a vite fait de se retrouver avec l'anus en chou-fleur, sans bien comprendre comment c'est arrivé (un élément de réponse : par derrière).

La loi en question est du genre qui fait pleurer (de joie) jusqu'aux dernières larmes de leur corps les maisons d'édition et fournisseurs divers de contenu — tout aussi divers mais globalement médiocre — sous format électronique : il s'agit en gros de s'asseoir bien lourdement, afin qu'il n'en reste plus rien, sur le droit à la copie personnelle d'utilisation privée. Lourdement, jusqu'à rendre illégal les tentatives de contourner les protections techniques de limitation de la copie. Et qu'importe si mon exemplaire du dernier A Perfect Circle est rayé, si ça valait la peine de l'acheter la première fois (en l'occurence, non, je peux bien en racheter un exemplaire. Et tant pis si le mécanisme anti-copie prétendûment compatible avec mon lecteur de CD de voiture fait faire un bruit de tronçonneuse au lecteur en question. Quelle idée aussi de vouloir transférer la musique sur mon lecteur mp3 portable, la bonne façon de procéder est d'acheter lesdits mp3 en ligne.

Il ne s'agit là que d'un panel restreint mais probablement le plus significatif pour la plupart des utilisateurs de ce que cette fabuleuse loi promet. Plus d'informations et des liens de qualité sont disponibles depuis cet article discutant du projet de loi sur le "droit d'auteur et les droits voisins dans la société de l'information". Ah oui mais c'est l'Europe, c'est pas la faute à nos législateurs à nous, hein. Eh oui ma bonne dame, d'ailleurs avec l'Europe qu'ils nous font, on dira c'qu'on voudra mais y'a plus d'saisons.