J'aime bien la liberté au sens de Debian. Pour être considéré libre par Debian, un logiciel doit satisfaire à un certain nombre de conditions (disponibilité du code source, possibilité de diffusion de versions modifiées notamment, mais ce n'est là qu'effleurer le concept, allez donc voir chez la FSF si j'y suis). Une condition sympathique c'est que la licence ne doit pas discriminer envers des personnes (« Mon logiciel ne doit pas être utilisé par des nains unijambistes »), ni envers un « domaine d'application ». Par exemple si vous dites que votre logiciel ne doit pas être utilisé dans une centrale nucléaire (c'est arrivé), il ne sera pas libre au sens de Debian.

C'est grâce à cette condition fondamentale qu'en tant que développeur Debian je peux me dire que j'ai modestement contribué à la sortie d'Ichtux, la distribution linux pour les chrétiens et basée sur kubuntu, donc sur ubuntu, donc in fine sur Debian. Ou peut-être plus justement pourrait on dire que je m'épate moi-même sur ce cas en préférant me féliciter de l'exercice d'une certaine forme de liberté d'expression, que de me morfondre en voyant ma sensibilité athée complètement bafouée. Même si là, ça fait quand même un peu mal au cul.