Suite à une suggestion de Samuel j'ai ajouté la possibilité de faire des commentaires sur mon site. Comme ce site est mon site, à moi, le mien (j'insiste) je me réserve le droit de modifier ou supprimer tout commentaire sans justification ni préavis. Je ne m'attends pas à un déferlement de commentaires de lecteurs enthousiastes, mais toujours dans le même ordre d'idée je précise que l'activation des commentaires n'est pas un encouragement à débattre entre lecteurs passionnés de quelque sujet que ce soit même en rapport avec un sujet abordé dans un article : ceci n'est pas un forum. Le contenu des commentaires n'étant pas sous mon contrôle attentif de tous les instants (et puis je n'ai pas non plus que ça à faire) je décline toute responsabilité quand à leur caractère offensant, déplacé, voire illégal (bref je m'en tamponne). Cependant il est utile de me signaler des commentaires dont la douteuse légalité serait de nature à mettre mon hébergeur ou moi-même dans une situation juridique délicate — le législateur français, dont l'incompétence crasse en matière technologique force le respect, persiste à vouloir confondre la responsabilité du fournisseur de moyens techniques de communication avec celle du producteur de contenu illégal; sans doute qu'il s'imagine que les hébergeurs disposent d'une passoire de type shadok pour effectuer le filtrage.

Je suis prêt à bannir quiconque manquerait à ces règles d'usage. En fait, je suis aussi prêt à bannir sur la simple base du reste modulo 42 de l'adresse IPv4 ou toute autre règle farfelue non nécessairement écrite qui me viendrait à l'esprit; parce que je peux le faire.

En cliquant sur le bouton de confirmation pour poster un commentaire vous acceptez naturellement qu'il apparaisse sur mon site (c'est le principe) sans la moindre possibilité de rétractation : on n'est pas dans un self ici. L'ajout d'un commentaire n'inclut pas sur le principe la garantie ou même le simple espoir d'une réponse. Le moyen de contact préféré reste, et de loin, l'email dont vous trouverez mon adresse ici.

Note: relisant cette entrée quelques années plus tard, je suis un peu triste de devoir remarquer que les commentaires ont depuis été désactivés.