Frustration, n.f.

Sentiment désagréable (pour les masos c'est à côté) éprouvé lorsqu'on se trouve dans l'incapacité de faire quelque chose qu'on voudrait faire. Désir refoulé et ce genre de choses.

La frustration, cela pourrait être par exemple ce que l'on éprouve lorsqu'on arrive à la fin du bouquin Soul Music du Disque-Monde pour s'apercevoir qu'il manque 3 pages. Connard d'éditeur tiens.

Ça pourrait aussi être ce que l'on ressent lorsque les trente dernières secondes de High Hopes sont coupées par une annonce de pub sur RTL2. Radio de merde tiens.

L'étymologie du mot est intéressante, puisqu'elle remonte à l'antiquité romaine. Michou et Sacha, les deux folles bien connues du tout-Rome, prenaient tranquillement un café noisette dans leur auberge préférée. À une table voisine le ton monte lorsqu'un garçon (les Romains devaient beaucoup aux Grecs, ne l'oublions pas) s'enfuit vers la sortie, suivi de près par un gros barbu qui s'écrit : «Reticulo si chopimo» (littéralement, si je t'attrappe je t'encule).

Michou et Sacha n'ont rien manqué de la scène. Après s'être léché langoureusement sa moustache de café — Sacha boit comme un porc — et quelques instants d'intense réflexion, Sacha commente à son ami :

     - Quel frustré ce type.
     - "Frustré" ? C'est quoi ça?
     - Je sais pas, ça m'est venu tout seul.
     - Ah.
     - Ça te dirait un cassoulet pour ce soir?
     - Petit coquin va...
 

Arrêtons ici notre intrusion dans la vie privée de nos deux néologistes et indiquons simplement que la signification est restée.